La distance vaincue grâce à internet

5/5/2019
Les auteurs de cet article

L'emplacement a toujours été une ressource vitale dans les affaires. Si vous demandez à un agent immobilier les trois facteurs déterminants pour finaliser une vente, il vous répondra sans hésiter : « Emplacement, emplacement, emplacement ». 

Ensuite, Internet est arrivé dans les années 1980, et les coûts commerciaux liés à la distance se sont soudainement effondrés pour les transactions, les communications, le transport et la recherche. Le web était la « mort de la distance », un concept popularisé en 1997 par le livre du même titre de Frances Cairncross.

En affranchissant les frontières, en permettant aux citoyens du monde entier d’échanger ensemble, et d’accéder à des services peu importe leur localisation, Internet a changé notre vie. Mais a-t-il vraiment aboli la distance qui nous sépare ?

Internet, ou un outil pour s’affranchir de la distance

Réduire la distance qui nous sépare, de nos proches, d’un bien ou d’un service, n’a jamais été aussi important que depuis le début de l’année 2020. Dans un monde où il nous est de plus en plus difficile de nous déplacer, voir de franchir certaines frontières (aussi proches que celle que représente la porte d’entrée de notre logement) Internet, et le monde virtuel de manière générale, offre une soupape indispensable. 

Où que l’on se trouve, et à condition de disposer d’un appareil (ordinateur, smartphone, tablette), d’une bonne connexion Internet, et éventuellement d’un VPN, nous pouvons accéder à presque tout ce que le monde moderne a à nous offrir. 

Vous ne pouvez plus vous rendre au cinéma parce que le seul qui était encore ouvert dans votre commune à fermer ses portes ? Pas de problème, il vous suffit de vous créer un compte sur un service de VOD (pour Vidéo à la Demande) et le 7e art vous ouvre grand les bras. Vous vivez à l’étranger mais la télévision française vous manque ? Pas de panique, les services de streaming (parfois même en direct) sont à portée de clic. Et si votre emplacement géographique vous empêche d’y accéder, il vous suffira d’installer un réseau virtuel privé. 

Le divertissement sous toutes ses formes, des jeux de casino en ligne (qui sont virtualisés depuis de nombreuses années) aux paris sportifs n’ont jamais été aussi démocratisés. Plus besoin de se mettre sur son 31, et de franchir les portes d’un établissement physique pour tenter sa chance. Il suffit de se connecter à la plateforme de son choix…. Et le choix ne manque pas !

L’abolition de la distance est-il une bonne chose pour notre mobilité

Se connecter à Internet pour jouer au casino ou regarder un film peut ainsi être vu comme une nouvelle forme de mobilité. En l'occurrence, nous nous affranchissons du besoin de prendre notre voiture ou les transports en commun pour nous rendre dans un cinéma ou un établissement de jeu. Ce qui est une bonne chose pour l’environnement. 

Mais si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi !

Nous ne quittons peut-être pas le confort moelleux de notre canapé ou de notre chaise de bureau. Mais un déplacement s’opère bien sur la bande passante. Internet n’est en effet pas exempt d’empreinte carbone. 

L’impact d'Internet sur l'écologie se manifeste sous la forme d'une pollution provoquée par son propre fonctionnement. Pour beaucoup, Internet est synonyme de dématérialisation. Pourtant, Internet a bien une matérialité, puisqu'il repose sur une infrastructure physique. Concrètement, tout un réseau de câbles, de centres de données et de serveurs sans lequel il ne pourrait pas fonctinoner. 

La France, par exemple, produit l'équivalent de 45 kg de déchets électriques et électroniques par seconde. Envoyer un email, utiliser les moteurs de recherche, stocker des données polluent : le web génère aujourd'hui 2%  des émissions de CO2 de la planète. Et il semblerait que ce ne soit qu'un début ! En effet, d'ici quatre ans, la pollution numérique représentera 3 à 4 % des émissions de dioxyde de carbone… Une situation qui devient alarmante !

Un affranchissement de la distance à nuancer 

Un essai récent dans le New Oxford Handbook of Economic Geography remet également en question le concept d’affranchissement de la distance, ou du moins approfondi l'argument. Si la révolution numérique a certainement réduit l'importance de la distance à certains égards, elle l'a augmentée à d'autres. Comme l'observent les auteurs, « par exemple, si la technologie de l'information peut être un moyen efficace de coordonner des projets et des collaborations en cours, elle peut être moins efficace comme moyen d'établir de nouveaux partenariats ou des relations de collaboration. 

De plus, si Internet a réduit les coûts de communication et de transport à distance, ces gains ne sont pas ressentis de la même manière. La croissance techniquement dirigée a permis aux zones riches de gagner plus que les autres, même lorsque tout le monde se développait, en grande partie parce qu'elles possédaient déjà les travailleurs instruits et l'infrastructure de pointe pour tirer parti de la nouvelle technologie. Les zones riches se sont davantage éloignées des zones moins riches, aggravant les inégalités régionales.