Les moyens de transport du futur : entre rêve et réalité

9/3/2019
Les auteurs de cet article

C’est bien connu, “le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt” mais aussi à ceux qui voient toujours plus loin. De tout temps, on s’est projeté avec plus ou moins de résultats prémonitoires sur ce que seraient les véhicules de demain en les considérant comme les progrès les plus emblématiques de l’humanité tel le mythique Icare prenant son envol.

Il n’y a qu’à voir le retentissement sur l’inconscient collectif des films majeurs d’anticipation comme Fahrenheit 451 et son métro aérien annonciateur du SkyTran, et la curiosité du public pour les nouveautés du Mondial de l’automobile chaque fois plus aérodynamiques pour s’en convaincre. Ce salon accueille depuis 1898 plus d’un million de visiteurs par an, l’occasion pour eux d’entrevoir la disparition de la voiture à énergie fossile programmée en France pour 2040.

Même la télévision s’y est mise en offrant des séries SF, Star Wars en tête, comme dans un catalogue futuriste à grande échelle des modes de vie qui nous attendent au tournant. Mais quand et comment, changera-t-on nos façons de nous déplacer dans l’espace? Voici quelques éléments de réponse.

 

Comme une envie de changer d’air!

À l’horizon 2050, deux personnes sur trois vivront dans de grands complexes urbains de plus de 10 millions d’habitants. Quid de la pollution due aux particules fines émises par les pots d’échappement? Il semblerait que l’on vive les derniers tressautements de l’époque du diesel et consorts. Le plus symptômatique étant tous les voyants passant au rouge pour la voiture classique qui n’est plus jugée aussi attractive qu’auparavant.

Il faut souvent l’équiper de GPS, de dispositifs “Pure Air”, et d’i-cockpit, pour qu’elle séduise à nouveau les familles. En ville, on préfèrera sans doute le SpaceTrain qui n’engendre aucun CO2. Et plutôt que de faire des pas de géants, nombre de personnes conscientes des enjeux climatiques, aux centres des villes libérés par la circulation, préfèreront peut-être à l’avenir renouer, qui sait, avec les pas de piétons?

 

Retour vers le futur ou grands pas en avant?

Il ne faut pas être sorcier pour savoir que bon nombre de ces moyens de transport du futur préexistent déjà. Une poignée de chercheurs ou de doux rêveurs comme Elon Musk sont déjà sur le coup avec notamment l’“Hyperloop” en projet depuis 2013. À l’instar de Léonard de Vinci qui a dessiné lui-même au 16ème siècle le plan de machines volantes avant l’heure, l’américain prévoit l’émergence de “taxis robots” connectés à l’aube de 2022.

Et ce n’est pas le prototype “Waymo One” qui viendra le contredire. En effet, le lancement de ces taxis sans chauffeur est imminent sur l’Hexagone, après l’essai concluant de ses milliers d’utilisateurs cobayes aux États-Unis. L’avènement de leurs cousins “taxis drones” ou encore des “SeaBubbles” les talonne.

De même, les modules urbains de la société Next, révolutionnant les transports en commun, répondent aux besoins d’autonomie accrus. On comprend bien qu’à l’heure des pandémies, le futur puisse sourire aux véhicules individuels synonymes de protection ultime… et à leurs créateurs!

loterie euromillions

Les créateurs de nouveaux engins sont-ils pour autant visionnaires?

C’est un sacré défi mais aussi une responsabilité que de concevoir un nouveau monde! Fils d’ingénieur, Elon Musk s’est très tôt intéressé aux livres, et il a récemment révélé sa neuroatypie. Il n’a décidément pas froid aux yeux puisqu’il va même jusqu’à faire des pieds de nez à la NASA!

Dans le classement Forbes des hommes les plus riches du monde, le fondateur de SpaceX figure en deuxième place derrière le patron d’Amazon, avec 151 milliards de dollars.

En somme, sa fortune tient en grande partie à son envie de repousser des limites établies comme tout bon explorateur sur Terre mais aussi sur Mars! Et cela fonctionnera sans doute tant que les moyens mis en oeuvre, principalement les ressources monétaires, humaines et matérielles, ne seront pas à bout de souffle! Car contrairement aux loteries généreuses en jackpots, le monde peut à tout instant faire game over, comme en témoigne le “Jour du dépassement”!

 

Nouveaux véhicules: course contre la montre ou promenade de santé?

C’est bien d’une course aux brevets dont il s’agit entre les entreprises et les inventions concurrentes, à l’image de l’aviation qui a supplanté les malheureux zeppelins! Rappelons que ces aérostats dirigeables se sont avérés trop dangereux suite à l’incendie du Hindenburg en 1937 à cause de l’emploi inconséquent d’hydrogène. On n’est donc pas à l’abri de l’abandon de projets ambitieux comme l’”Hyperloop” qui n’est pas encore dans les tuyaux.

C’est le cas de le dire, car ce projet phare du quarantenaire Elon Musk consiste à propulser une cabine dans un tube sur des centaines de kilomètres! Cette manoeuvre susceptible d’être périlleuse pour le corps humain, comme le TGV en son temps, en est encore au stade expérimental: en effet, circuler à 1.220km/h, ce n’est pas rien! Plus rapide et donc plus sûr, ce n’est pas forcément le bon credo.

loterie euromillions

Visant une meilleure exploitation des ressources de la planète au service des prouesses grandissantes de la technologie, Google, Uber, Boeing, ou encore Tesla endossent leurs habits de lumière avec des discours prônant l’âge d’or de l’humanité. Reste à voir si les conducteurs de voitures “à l’ancienne” et des nouveaux véhicules “propres” ou de “mobilité douce” comme les trottinettes électriques évoluant vers les tricycles PEV (Persuasive Electric Vehicle) du MIT emboîteront tous à chaque fois le pas!